Tourner la page avec son ex

Vous pensez encore à lui ? Ou au contraire, c'est lui qui ne cesse de vous envoyer des messages ? Pas toujours évident de savoir si on est prête à passer à autre chose.

Tourner la page avec son ex
© Kaspars Grinvalds/123RF

Vaut-il mieux rompre en douceur ou dans la douleur ? 

Que votre histoire ait été belle ou pas, qu'elle soit de votre fait ou du sien, qu'elle soit violente ou douce, la rupture est toujours un moment difficile. Si c'est vous qui l'avez décidée, il est vrai que c'est déjà plus facile à vivre. Dans le cas inverse, et surtout si vous n'avez rien vu venir, il est très compliqué d'arriver à accepter de tirer un trait sur une histoire, sur ses habitudes...

Posez-vous la question de savoir ce qui vous chagrine réellement : est-ce le fait de vous retrouver seule qui vous pose problème ? Ou alors est-ce la perte de votre homme qui vous semble insurmontable ? Est-ce la perspective de devoir tout reconstruire à nouveau qui vous effraie ? Avez-vous l'impression d'avoir jeté inutilement toutes vos forces dans la bataille ? Bien sûr, ces interrogations viennent au fur et à mesure de votre réflexion, elles ne viennent pas naturellement à chaud. Une fois calmée et sereine, posez-les-vous sérieusement, ça vous aidera certainement à y voir plus clair quant aux raisons qui vous chagrinent. 

La rupture amoureuse, un moment toujours difficile

Difficile de donner un mode d'emploi pour savoir comment vivre le mieux possible cette phase douloureuse. Il y a autant de réactions possibles que d'histoires. Chacune est singulière et seules les personnes impliquées sauront (ou pas) y faire face, d'une manière ou d'une autre. Parce qu'il faut bien se dire que ça n'est pas la fin du monde et que, comme disait le chanteur de l’Été indien, "il va continuer le monde et il aura bien raison".

Ne pas rejeter totalement l'histoire d'amour vécue

Parfois, l'idée de diaboliser l'ancien partenaire et de provoquer une rupture violente, brutale, peut devenir très forte. Caroline Kruse, conseillère conjugale et familiale à Paris, explique que "l'on pourrait penser qu'il est plus facile de se détacher de quelqu'un qui vous a quitté de manière brutale, parce qu'on s'imagine pouvoir le haïr donc ne pas le regretter. Pourtant, cette défense est plus coûteuse qu'efficace, car rejeter l'autre en bloc, c'est rejeter l'histoire qu'on a vécue avec lui, l'amour qu'on a eu pour lui, l'amour qu'il a eu pour nous, donc se rejeter soi-même avec lui. Et le sentiment de perte en est d'autant plus douloureux."

Retrouver sa liberté et apprécier son célibat

Tout comme un mariage se consomme, la rupture aussi... Mais comment ? Faut-il couper les ponts, jeter les souvenirs, arrêter de penser à lui, éviter de provoquer une rencontre "fortuite", ne plus l'appeler ? Là encore, difficile d'édicter une règle de conduite, tant les cas peuvent être différents. A chacun sa façon de faire.

"On ne peut pas généraliser, mais on s'en rend compte de manière inattendue en réalisant que, "tiens, on n'a pas pensé à elle ou à lui aujourd'hui répond Caroline Kruse. Ce peut être aussi le regard des autres qui vous apprend ce que vous même n'aviez pas encore complètement réalisé : que vous êtes redevenue libre, disponible".

De plus, l'annonce de la rupture à l'entourage est une étape très importante, dans la mesure où cela officialise la nouvelle. Parce que si vous l'annoncez, c'est que d'une certaine manière, vous l'avez acceptée. Peut-être n'êtes-vous pas encore tout à fait prête à faire face aux traditionnelles questions de vos proches ("Tu le vis bien ?" "Vous aviez l'air si bien tous les deux, que s'est-il passé ?", etc.) ? Dans ce cas-là, rien ne presse, mais n'oubliez pas que vous pouvez tout à fait annoncer la nouvelle en précisant bien que vous ne souhaitez pas en parler pour l'instant.  

Laisser le temps au temps

L'une des premières choses dont il faut se persuader, c'est que tout ira bien mieux avec le temps. Quand vous rentrez le soir chez vous et que vous vous y trouvez seule, vous ne pouvez vous empêcher de penser aux discussions que vous aviez avec votre ex en rentrant du boulot, au débat sur le DVD à regarder, sur ce que vous alliez manger, etc. Et là, vous vous sentez bien démunie... 

Pourtant, maintenant que vous êtes célibataire, rien ne vous pousse à rentrer chez vous, à part si vous avez des enfants, bien entendu. Et encore, même dans ce cas-là, c'est justement l'occasion de répondre à cet ancien ami qui ne cesse de vous envoyer des mails et que vous n'aviez jamais le temps de voir.

Revoir ses amis

Bref, vous l'aurez compris : il est toujours bon de s'aérer l'esprit plutôt que de rester à se morfondre chez soi, à ressasser des idées noires. Bien sûr, une période d'isolement peut être nécessaire pour pleurer tout son saoul, se centrer sur soi et il faut bien le dire, broyer du noir. Parce que mine de rien, ça fait du bien quand même. Mais il ne faudrait pas non plus passer son temps à faire cela. Le tout est de trouver l'équilibre entre vie sociale et vie personnelle pour arriver à ne plus appréhender d'être seule à la maison et envisager l'avenir sereinement.

Passer par une période de deuil

Redevenue célibataire, vous êtes donc plus disponible pour vos amis, vous avez ré-appris à vivre seule... En bref, vous avez consommé votre rupture. Mais cela ne signifie pas pour autant que vous ayez fait le deuil de votre relation. Faire le deuil, c'est avoir pris le temps d'exprimer votre chagrin, d'être nostalgique, puis de vous reconstruire et de pardonner. Autant à vous-même qu'à lui. Tout cela dans le but d'être capable de revoir votre ex sans que sa vision ne ravive de la douleur.

Pour faire ce dur travail, encore faut-il accepter de tourner la page avec cet ex, de le laisser derrière vous, dans votre vie passée et de comprendre que maintenant, vous allez avancer sans lui. Tout cela n'est possible que si l'on a bien digéré la rupture et ça, ça n'est pas possible que si on en a bien saisi les raisons. Sinon, c'est pratiquement peine perdue puisqu'on ne cessera de se demander pourquoi c'est terminé et que du coup, on aura plus de mal à tourner la page.

Bien comprendre les raisons de la rupture

Caroline Kruse explique l'importance de bien comprendre la raison de la rupture et illustre cela en racontant l'histoire d'une de ses patientes : "les raisons de la rupture ne sont pas toujours faciles à comprendre. Ni pour celui qui est quitté, ni pour celui qui quitte et qui, plus souvent qu'on ne le pense, ne sait pas lui-même exactement pourquoi il agit ainsi. Demander des explications dans ces circonstances, à chaud, ne sert pas à grand chose. J'ai reçu ainsi une jeune femme que son mari avait quittée sans qu'il y ait eu entre eux de difficultés graves, de conflit majeur. Elle voulait justement qu'il lui donne des explications, il n'y parvenait pas. Elle avait beaucoup de mal à le supporter. Elle se sentait blessée narcissiquement, coupable aussi : qu'avait-t-elle fait pour qu'il la quitte ? C'est au cours de sa thérapie personnelle qu'elle a compris : cet homme, pour des raisons tenant à sa propre histoire, ne pouvait pas supporter l'idée de devenir père. Et c'est au moment où elle a émis le désir d'avoir un enfant que, pris d'angoisse, et sans pouvoir le lui dire, ni se le dire à lui-même, il est parti. Le comprendre et surtout comprendre qu'il n'était pas en mesure de lui donner cette explication a beaucoup aidé cette jeune femme à porter sur cette rupture un regard pacifié."

Eviter les contacts répétés avec son ex

Vous vivez dans le même quartier que votre ex et vous êtes donc amenée à le recroiser au hasard de vos pérégrinations quotidiennes ? Vous travaillez au même endroit, fréquentez le même cercle d'amis ou le même club de sport ? Bref, il est possible que vos chemins se croisent d'une manière ou d'une autre ? Pas facile dans ces cas-là de faire abstraction et de refaire son chemin toute seule, tranquillement.

De deux choses l'une : soit vous ne supportez pas l'idée de le recroiser et dans ce cas-là, il faut être amenée à changer, temporairement, vos habitudes. Si changer de travail ou de quartier n'est pas toujours évident, vous pouvez néanmoins éviter de participer aux soirées auxquelles vous êtes sûre qu'il sera présent, ne plus aller au club de sport, etc.

Soit cela ne vous gêne pas outre mesure, auquel cas, il n'y a pas de problème. Mais parfois, quand on est seule, qu'on a besoin d'affection et que finalement, à y repenser, il avait quand même de bons côtés, on est tentée de se jeter sur le téléphone pour lui proposer de passer boire un café à la maison...

Qui n'est jamais restée dubitative devant son portable, son numéro à l'écran, prête à appeler ? Qui n'a jamais écrit de mail coquin sans jamais réussir à cliquer sur "envoyer" ? Pour résumer, qui ne peut pas dire que "oui, j'ai été tentée de le rappeler" ?

"D'abord il ne faut pas s'en vouloir d'avoir la tentation de le faire, rassure Caroline Kruse. Ou même de le faire, parfois, quand le chagrin est trop lourd. Il faut du temps pour admettre qu'une rupture est définitive. On peut essayer de se donner à soi même des limites, un peu comme quand on arrête de fumer. Se dire : si ça va encore trop mal demain, j'appellerai et le lendemain essayer de repousser encore l'appel."

Que faire des souvenirs ?

Oui, mais comment arrêter de penser à lui et passer à autre chose si vous dormez avec cette jolie nuisette qu'il vous a offerte ou que la photo encadrée de vos vacances à l’Île Maurice ne cesse de vous renvoyer à la figure qu'il n'est plus là ? La question de savoir s'il faut ou pas se débarrasser de ses souvenirs, cadeaux, photos et consorts se pose pratiquement systématiquement. La thérapeute conjugale y répond : "On ne peut pas arracher de soi tout son passé, mais tout dépend des souvenirs. Après une rupture, enlever par exemple son alliance, même si le divorce n'est pas encore prononcé, est une manière symbolique de montrer aux autres et à soi-même qu'on a changé de vie et qu'on s'en trouve, finalement, plutôt bien. Quant aux autres objets, moins connotés, ce n'est pas indispensable de s'en débarrasser. Mais il ne faut pas non plus les regarder sans cesse, encore moins les exhiber fièrement devant le nouveau partenaire s'il y en a un."

Arrêter de comparer son nouveau compagnon avec son ex

Là encore, il y a tellement de cas qu'il est difficile de généraliser. S'il y a des femmes qui ne sont jamais restées célibataires plus d'une semaine dans leur vie, d'autres au contraire n'ont connu qu'une seule histoire d'amour et d'autres multiplient les histoires sans lendemain.

Quel que soit le temps que vous mettez avant de vous remettre en couple avec un nouveau partenaire, l'important, pour que vous puissiez vous investir réellement dans cette nouvelle relation, est d'avoir totalement "oublié" votre ex. Il ne s'agit pas de l'effacer de votre mémoire, non, mais plutôt d'oublier votre relation, avec tout ce que cela comporte pour avancer sur des bases saines. Si vous pensez à votre ex en étant au lit avec votre nouveau Jules par exemple, posez-vous des questions sur la légitimité de votre couple et soyez honnête envers vous-même.

Une fois que vous avez, enfin, trouvé un homme qui vous rende heureuse et avec qui vous vous sentez bien, le moment où vous allez parler de vos expériences passées, de vos joies, de vos blessures, de vos attentes, va forcément arriver. Et fatalement, le sujet des ex va arriver sur le tapis.

Et là, on ne sait jamais trop comment s'y prendre : que faut-il dire, que faut-il taire, où sont les limites ? "Il me semble qu'il faut en parler le moins possible, conseille la thérapeute conjugale Caroline Kruse. Sauf éventuellement pour dire ce qu'on a compris sur soi-même au cours de cette relation. Il faut particulièrement éviter, même et surtout si l'autre le sollicite, tout ce qui concerne la vie sexuelle avec le partenaire précédent. C'est un domaine miné."

Certaines d'entre nous ont tendance à systématiquement comparer l'ancien et le nouveau, depuis sa façon de faire la vaisselle jusqu'à celle de faire l'amour. Bon, d'un côté c'est naturel de réagir ainsi. Mais, précise Caroline Kruse, "si cette attitude comparative persiste et surtout si elle est en défaveur du nouveau partenaire, il faut se poser de sérieuses questions sur l'investissement que l'on met dans la nouvelle relation."

Peut-on rester ami avec son ex ?

Vous avez un nouveau Jules, votre ex vous n'y pensez plus, du moins plus avec nostalgie, bref, vous avez avancé et refait votre vie. Maintenant que votre histoire appartient bel et bien passé et que vous êtes totalement guérie, vous vous demandez si vous ne pourriez pas rester amie avec votre ex. Le revoir en tout bien tout honneur, simplement pour prendre de ses nouvelles, savoir comment va sa vie, etc.

Toutes les femmes ne le souhaitent pas, certaines, au contraire, préférant ne plus jamais en entendre parler. Alors, est-il possible de rester ami avec un ex, sans que cela ne dégénère ou ne ravive de douleurs ?

"Tout dépend du type de relation qu'on avait avec le partenaire précédent, précise Caroline Kruse.  S'il s'agissait davantage d'un compagnonnage amoureux que d'une relation fusionnelle, très investie, pourquoi pas ? Mais, de manière générale, mieux vaut en tous cas laisser passer un peu de temps avant de renouer cette relation. Tout dépend aussi de ce que supporte le nouveau compagnon. Mais quoi qu'il en soit, si on continue à voir son ex, mieux vaut que le nouveau partenaire soit au courant.

Avec les enfants

Si vous avez eu des enfants avec votre ex, les choses sont certainement moins évidentes. "D'un coté les limites sont en apparence plus claires, on reste en contact avec le père ou la mère de ses enfants et non avec son ex, précise la thérapeute. Mais il arrive que les enfants servent de prétexte au maintien d'un lien que l'un des deux, ou parfois même les deux, souhaitent inconsciemment prolonger. Dans ce cas. il vaut mieux consulter et pour y voir plus clair en soi-même et pour ne pas faire porter aux enfants le poids de ses propres contradictions, ni les mettre dans des conflits de loyauté insolubles."

Tourner la page avec son ex
Tourner la page avec son ex

Vaut-il mieux rompre en douceur ou dans la douleur ?  Que votre histoire ait été belle ou pas, qu'elle soit de votre fait ou du sien, qu'elle soit violente ou douce, la rupture est toujours un moment difficile. Si c'est vous qui...