Le régime cétogène

Maigrir en mangeant des graisses : si cela peut sembler paradoxal, voire farfelu, la réalité est toute autre. Oui, le régime dit "cétogène" ou régime keta (qu'on appelle parfois low carb) fonctionne.

Le régime cétogène
©  gkrphoto

Qu'est-ce que la méthode cétogène ?

Le régime dit cétogène ou régime keto consiste à réduire au maximum voire à supprimer les sucres (d'où le terme de low carb, qui signifie pauvre en glucides), au profit des graisses dont on augmente fortement la proportion puisqu'elles sont de bons fournisseurs d'énergie. Le corps, pour trouver son énergie, fabrique alors ce qu'on appelle des corps cétoniques, qui sont bénéfiques notamment au cerveau -bien plus que les sucres-, d'où le nom de ce type d'alimentation.

Permet-il vraiment de maigrir ?

Oui ! D'une part parce que le corps, privé de ses habituels sucres, va aller puiser dans les réserves de graisses corporelles, et d'autre part parce qu'un des atouts des graisses, au contraire des sucres, est d'être très rassasiantes, ce qui évite les fringales et donc les craquages et semble même réduire l'appétit. Plusieurs études ont été menées sur des personnes en surpoids ou obèses, et les résultats sont positifs, avec une perte de 7 kg en 4 semaines puis de 5 kg 8 semaines plus tard. Des chercheurs étudiant le régime sur un plus long terme avec des obèses ont ainsi relevé une réduction de 5 points d'IMC chez des personnes qui avaient suivi le régime pendant un an. Une méta-analyse (étude qui regroupe et analyse toutes les publications sur un sujet) a conclu que le régime cétogène était plus efficace pour maigrir que les régimes pauvres en graisses.

Le régime cétogène n'est-il pas mauvais pour la santé ?

Ce régime fastidieux peut avoir des impacts positifs et négatifs sur la santé. Parmi les atouts, on note que les cétones réduisent l'inflammation, freinent l'excitabilité cérébrale et semblent exercer des effets anti-douleur. Le régime cétogène a été testé avec succès contre l'épilepsie (l'épilepsie, permettant de réduire la fréquence et l'intensité des crises), il est testé contre certains cancers (car il prive la tumeur des sucres qui la nourrissent) et contre des maladies neuro-dégénératives comme Alzheimer et Parkinson (il semble bénéfique pour le cerveau), et il serait sans doute utile aux diabétiques. En revanche il peut entraîner des malaises digestifs et une grande fatigue. Il a aussi tendance à boucher les artères (à cause d'une consommation excessive de protéines et donc de gras, ndlr).  Il faut le suivre avec précaution et en toutes connaissances de causes.

Comment faire en pratique ?

Adieu pâtes, desserts et sodas : il ne faut plus du tout consommer de sucres, ni de céréales ou farines, ni de légumineuses et pommes de terre ! Alors que notre alimentation habituelle apporte 40 à 60% de l'énergie sous forme de glucides, l'alimentation cétogène fait grimper la part des graisses jusqu'à 70 voire 80% de l'apport énergétique (20 à 25% apporté par les protéines et 5 à 10% de glucides). Les apports en protéines restent modérés et d'origine animale : on choisit des viandes plutôt grasses, des poissons gras (thon, saumon, maquereau, sardine) et des œufs. On consomme des légumes verts (radis, asperge, courgette, salade, chou, aubergine, tomate etc), ainsi que des huiles végétales pour les cuire ou assaisonner : huile de colza, de coco, de noix et noisette, graisse de canard, crème fraîche bio à 30%MG, lait de coco, des fromages et produits laitiers (gras et non allégés), des oléagineux (noix, amandes…) et olives. Sont également autorisés quelques fruits, peu sucrés : avocat, noix de coco, baies et fruits rouges, pamplemousse, goyave, kiwi.

Il faut vraiment apprécier le salé puisqu'il n'y a plus de sucre à part celui des (rares) fruits. C'est un régime contraignant, qui demande d'être précis (il faut vraiment calculer sa "dose de glucides" qui doit rester inférieure à 50g/jour, voire même à 20g/jour quand on le suit en mode strict), et peut chez certains occasionner de la constipation. Il faut impérativement se faire suivre par un professionnel si on souhaite le suivre pour une maladie, et, pour mincir, au moins bien se renseigner avec un ouvrage dédié et des recettes qui éviteront en prime la monotonie, toujours facteur d'arrêt ou de craquages.
A lire : Le grand livre de l'alimentation cétogène de Ulrich et Nelly Genisson, et Céto cuisine de Magali Walkowicz (tous deux aux éditions Thierry Souccar).