Jean-Luc Lahaye, condamné à un an de prison avec sursis

Poursuivi pour corruption de mineure, le chanteur Jean-Luc Lahaye a été condamné ce lundi à un an de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Paris. Il pourrait faire appel de cette décision.

Jean-Luc Lahaye, condamné à un an de prison avec sursis
© © Sipa

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné lundi 18 mai Jean-Luc Lahaye à un an de prison avec sursis pour corruption de mineure. Le chanteur de 62 ans, star des années 80 avec ses tubes "Débarquez-moi" et "Femme que j’aime", était poursuivi pour avoir demandé à une jeune mineure de moins de quinze ans de pratiquer des jeux sexuels par webcam interposée, entre mars et août 2013. 
Le tribunal a estimé que le chanteur connaissait avec précision la date de naissance de la jeune fille, et donc son âge. Jean-Luc Lahaye lui avait demandé plusieurs fois des photos d’elle nue. D’abord réticente, la victime avait fini par se laisser convaincre.  
Le chanteur a en revanche été relaxé des chefs de proposition sexuelle à mineur de moins de quinze ans et de détention d’images pédopornographiques de mineur de moins de quinze ans. Il pourrait faire appel, sur les conseils de son avocat, Me Jean-Philippe Touati. Lors du procès, qui s’est tenu à huis clos le 23 mars, le parquet avait requis deux ans de prison avec sursis.
Réagissant à cette condamnation lundi soir au micro de RTL, Jean-Luc Lahaye s’est attiré les foudres de Julie Pietri. Interrogé par Marc-Olivier Fogiel, il a lancé : "J’ai toujours aimé les filles plus jeunes et je ne suis pas le seul ! […] Je ne vais quand même pas me taper Julie Pietri !". La chanteuse n’a pas du tout apprécié la remarque et a annoncé son intention de porter plainte pour diffamation, "en raison d’une atteinte considérable à son honneur". Les ennuis judiciaires de Jean-Luc Lahaye sont donc loin d’être terminés.  
Il avait déjà été condamné en 2007 à 10 000 euros d’amende pour avoir eu des relations sexuelles avec une jeune fille de moins de 15 ans. Celle-ci l’avait accusé de l’avoir violée à deux reprises, mais l’artiste avait démenti. Les charges de viol n’avaient finalement pas été retenues.

Jean-Luc Lahaye © Sipa