Sarah : CV d'une maman over-débordée

Alors que je menais ma petite vie tranquille sur Facebook, la rédaction du JournalDesFemmes.com m’a proposé de raconter mes aventures. Pour de vrai. Dans une série de chroniques. Il paraît qu’il y a quelque chose d’héroïque dans la vie d’une maman qui travaille. Bon, ok. Après tout, c’est plutôt flatteur. Et puis j’avais justement un créneau de libre hier soir entre 1h et 2h du matin. Alors c’est parti, je m’exécute.

Sarah, 33 ans. L’âge du Christ me direz-vous. Mais la ressemblance s’arrête là, je vous rassure. Mariée, deux enfants : Hugo et Elise. 6 et 3 ans. Voilà, ça c’est pour la situation familiale. C’est bien de le dire, ça cadre les choses. Vous pressentez que je suis casée, posée, débordée. Et vous n’avez pas tout à fait tort. Si j’étais institutrice, je vous donnerais un bon point pour votre sens de l’intuition. Mais je ne suis pas enseignante. Pas assez patiente. Ou calme. Ou douée en maths. En revanche, mon mari est enseignant, lui. On se complète bien donc (le yin et le yang, tout ça, tout ça…).

Ma particularité : je cours, je cours, je cours. Tous les dimanches matin, dans le parc près de chez moi. Mais pas que. Dans le métro aussi, entre deux réunions, à l’école... Tous les jours, je jongle entre mon N+1* (je suis manager dans une entreprise de cosmétiques bio), mes deux terreurs et ma passion pour le sport. Le tout en 24h. Autant dire que ça fait beaucoup. Trop ? C’est ce que me répète tous les mois mon coiffeur, qui est aussi mon psy. Il m’écoute et me conseille tout en me rendant belle. C’est ce que j’appelle une action-combinée-gain-de-temps. Et pendant ce temps, moi j’analyse les retombées du dernier plan de com’ de la boîte.

Mais je vous rassure, je ne pense pas toujours au boulot. Un peu moins en tout cas quand je suis dans la posture du brujangasana (cobra pour les non-initiés) à mon cours de yoga. Cela me donne de l’énergie, même si j’ai l’impression d’avoir toujours un chakra de travers... Mon meilleur moyen de décompresser ? Mes dîners entre copines avec Violette, Louise et Angie. Bon, ok, on se voit surtout sur Skype (ce qui ne nous empêche pas de trinquer ASAP*). Du coup, au quotidien, c’est plutôt Carole ma prof de yoga et Izia mon acuponctrice, qui partagent mes joies et galères.  Évidemment, je décompresse aussi avec mon chéri (dit Bibou). Cf* notre week-end trimestriel sacré où nous abandonnons lâchement nos enfants (si, si, c’est dans le manuel de la mère parfaite « reposez-vous », qu’ils disent…).

J’ai fait le tour de ma présentation on dirait. Ah non ? Vraiment ? Vous êtes sûres ? FYI* on me demande de préciser ce que je n’aime pas. Vaste question ! Alors pêle-mêle : les machos, les paresseux, le mercurochrome et Dora. Je ne la supporte plus. Suis capable d’étriper le premier qui me sort «carte, carte ! Ou Chipeur arrête de chiper». Vous aurez donc compris que je suis bien sûr obligée de quitter la pièce dès que ma fille regarde. Allergie oblige !

Maintenant que vous me connaissez un peu, je vous donne rendez-vous ici, le plus souvent possible. Je vous garantis du bon, du très bon. De quoi liker, follower, partager (suis en mode auto-buzz, faut bien que quelqu’un fasse ma pub). 

Allez, ciao les internautes. Vous m’aimez déjà, pas vrai ?

NDLR : *Vous n’avez rien compris ? C’est normal ! Prochainement le lexique de Sarah dans une future chronique. Là, elle n'a pas eu le temps.

 

Retrouvez aussi Sarah sur Facebook

Sarah : CV d'une maman over-débordée
Sarah : CV d'une maman over-débordée

Sarah, 33 ans. L’âge du Christ me direz-vous. Mais la ressemblance s’arrête là, je vous rassure. Mariée, deux enfants : Hugo et Elise. 6 et 3 ans. Voilà, ça c’est pour la situation familiale. C’est bien de le dire, ça cadre les choses. Vous...