Parents d'enfants adoptés : sachez vivre pour vous !

Voici l’été, bien engagé déjà, il est grand temps de dire avec force aux parents qui ont adopté que, passé les deux premières années, il est bon d’apprendre aussi à nos enfants à s’éloigner, à se séparer. A vivre un temps loin du foyer. Un temps variable selon l’âge, bien sûr !

Il en est temps pour eux, même s’ils ont moins de dix ans : temps de vivre la séparation en sachant et en expérimentant qu’elle n’est pas rupture de lien. Qu’on peut partir une semaine en colo tranquillement, ou chez des grands-parents, on y vivra des aventures et des amitiés nouvelles et on retrouvera les parents avec encore plus de plaisir au retour. Se séparer sans angoisse, sans perdre le lien, parce que le lien est solidement intériorisé, c’est un test d’adoption réussie. Si l’enfant n’est pas capable de le vivre, cela peut arriver, il faut alors se poser des questions et chercher à l’aider…

Il en est temps pour eux s’ils sont adolescents et surtout s’ils sont en phase de rébellion contre les parents : temps de respirer ailleurs, de sentir que la présence des parents finit par leur manquer, de découvrir qu’il existe ailleurs aussi des règles de vie à respecter. De comprendre que le lien d’attachement autonomise et n’étouffe pas. De loin, ils pourront à nouveau idéaliser un peu les parents absents… qui de leur côté se reposeront d’une année scolaire souvent épuisante.

Il est temps pour les parents de vivre à nouveau pour eux, entre eux, en couple, et pas seulement pour et avec les enfants. Parce que ne vivre que pour ses enfants, c’est s’exposer soi-même à des lendemains qui déchantent quand les enfants, inévitablement, s’éloigneront du nid. Ils ne sont pas venus chez vous pour y rester à vie, mais pour y grandir en sécurité et s’acheminer vers l’autonomie.  

Vivre pour vous est aussi un cadeau à faire à vos grands enfants : leur permettre de s’éloigner sans culpabilité, de ne pas se sentir obligés de rester là comme des « bâtons de vieillesse »… Ils ne vous doivent rien, c’est vous qui avez souhaité les adopter, c’est à vous de les libérer du poids de la dette en leur montrant par votre manière de vivre que leur départ est chose normale et que vous saurez y survivre. Les vacances sont une excellente occasion de leur faire vivre cette expérience : vous avez des projets à vous, ce qui suppose qu’ils s’absentent de leur côté, qu’ils mènent leurs expériences de leur côté… Ce n’est pas de l’abandon et ils ne s’y tromperont pas : c’est un signe de confiance, confiance en eux et confiance dans la vie.

Crédit photo : Yuri Arcurs - Fotolia.com

Parents d'enfants adoptés : sachez vivre pour vous !
Parents d'enfants adoptés : sachez vivre pour vous !

Il en est temps pour eux, même s’ils ont moins de dix ans : temps de vivre la séparation en sachant et en expérimentant qu’elle n’est pas rupture de lien. Qu’on peut partir une semaine en colo tranquillement, ou chez des grands-parents, on y vivra...