Les amants passagers d'Almodovar : original mais moyen

Les films du maître espagnol sont toujours attendus. Avec Les amants passagers Almodovar tente une comédie mais le résultat est moyen, un peu grossier aussi. Le film se laisse voir.

Une vierge médium (qui va perdre sa virginité), une professionnelle des relations sado-maso (parano), un tueur à gage (qui a du mal à honorer son contrat), des stewards gays jusqu'à l'os (alcooliques, drogués et instables), des pilotes bisexuels (alcooliques aussi), un couple de jeunes mariés drogués et hypersexuels... sont dans un avion qui subit une avarie et risque de s'écraser, voire de tuer tous les occupants lors de l'atterissage d'urgence. Le scénario est original, la bande annonce donne envie d'aller voir le film et l'ensemble se regarde bien mais ce n'est pas du grand Almodovar. La caricature est parfois outrancière et méchante. Certaines scènes sont vraiment réussies (comme les scènes érotiques) mais l'ensemble est moyen, voire faible. Ce film n'a donc pas la même portée ni la même esthétique que les autres (Kika, La fleur de mon secret, Tout sur ma mère etc.). On ne retrouve pas dans Les amants passagers ces femmes / héroïnes que nous aimons tant. Cela donne l'impression qu'il a essayé de conjuguer son style avec celui de Hitchcock (pour le côté noir, sombre, suspence) mais le mariage n'est pas réussi. La fiche du film sur l'Internaute.

Les amants passagers d'Almodovar : original mais moyen
Les amants passagers d'Almodovar : original mais moyen

Une vierge médium (qui va perdre sa virginité), une professionnelle des relations sado-maso (parano), un tueur à gage (qui a du mal à honorer son contrat), des stewards gays jusqu'à l'os (alcooliques, drogués et instables), des pilotes bisexuels...