Marie Laurencin au Musée Marmottan Monet

C'est la première fois qu'un musée français accueille une rétrospective de l'oeuvre de cette artiste qui a marqué les milieux d'avant garde parisiens durant les années folles. L'exposition "Marie Laurencin (1883-1956)" rend ainsi un vibrant hommage jusqu'au 30 juin à l'une des femmes-peintres parmi les plus célèbres du XXe siècle.

Matisse disait d'elle "Au moins, en voilà une qui n'est pas une fauvette". Effectivement, après un très court passage à l'Académie Humbert où elle rencontre Georges Braque, Marie Laurencin se retrouve très vite entre les feux du fauvisme et du cubisme. Elle fréquente le Bateau-Lavoir et Picasso la présente à Guillaume Apollinaire en 1907 mais elle croisera également les trajectoires de Jacques Doucet, Paul Poiret et sa soeur Nicole Groult. De ce mélange d'influences naît un art poétique, une peinture de chevalet "toute laurencine" qui croque avec une nouvelle modernité de nombreux portraits de femmes soutenus par une palette en camaïeux de gris, bleus et ocres, cernés de noirs. Marie Laurencin devient après un dur exil de 4 ans en Espagne et la Grande Guerre,  la portraitiste très prisée d'une société privilégiée dans laquelle évolue son ami Jean Cocteau. Vers la fin de sa vie, Elle se détache d'ailleurs peu à peu du milieu des peintres pour s'approcher des cercles littéraires qui la fascinent et nourriront son inspiration poétique jusqu'à ses derniers jours.


L'ambassadrice, 1925 - Huile sur toile 89X67 cm - Collection particulière ©Adagp, Paris 2012

Madame André Groult, née Nicole Poiret, 1913 - Huile sur toile - 110X70 cm ©Adagp, Paris 2012
Musée Marie Laurencin, Nagano-Ken, Japon
Musée Marmottan Monet
2, rue Louis-Boilly - 75016 Paris
www.marmottan.com

Catalogue d'exposition Marie Laurencin
Volume broché à rabats
Format : 22x28,5 cm
178 pages - 120 illustrations
29 euros
Editions Hazan

Marie Laurencin au Musée Marmottan Monet
Marie Laurencin au Musée Marmottan Monet

Matisse disait d'elle "Au moins, en voilà une qui n'est pas une fauvette" . Effectivement, après un très court passage à l'Académie Humbert où elle rencontre Georges Braque , Marie Laurencin se retrouve très vite entre les feux du fauvisme et du...